La Grave autrement préservons la Meije

Collectif de préservation des milieux de vie du pays de la Meije

FAQ /projet écologique ?/ projet économique ?

Vous êtes nombreux.ses à vous.nous poser des questions. Nous allons y répondre au mieux dans cette rubrique Foire Aux Questions. Les réponses n’engagent que l’avis du Collectif et sont là pour pousser à la réflexion. Les réponses ne sont pas des vérités mais plutôt de nouvelles interrogations. Envoyez vos questions: lagraveautrement@gmail.com

L’étude alternative commanditée par le Collectif proposera des réponses concrètes et étayées. Retrouvez en direct l’avancée de l’étude appelée « La Meije Demain » ici : lameije-demain.fr Elle a eu lieu de mai à décembre 2023.  Les objectifs, les experts qui la mènent, la méthodologie, tout est décrit sur le site.

  • Le Collectif est-il contre les téléphériques de la Meije ?

NON. C’est un poumon économique indispensable au canton et constitutif de son identité. Le Collectif remet simplement en cause l’utilité de construire un 3ème tronçon sur le glacier de la Girose.

  • Les téléphériques de la Meije vont-ils fermer si le 3ème tronçon n’est pas construit en remplacement du téléski actuel ?

NON. L’exploitation des téléphériques est équilibrée mais les marges pour l’entretien (changement des câbles, des cabines…) sont faibles. Le 3ème tronçon est censé rendre le téléphérique rentable. L’étude « La Meije demain », commanditée par le Collectif, émet des doutes sérieux sur cette rentabilité. Le Collectif propose au contraire de supprimer l’exploitation du glacier pour faire (aussi) des économies sur les coûts de fonctionnement. Voir « Projet Economique ? »

  • Pourquoi mener une étude alternative ?

La consultation avec la population locale a été pratiquement inexistante. Aucune autre option n’a été proposée ni étudiée. L’étude en cours « La Meije Demain » est la première de ce type à être financée par du financement participatif et différents mécènes (Fondation Petzl et Fondation Lemarchand), et non pas par la collectivité. A ce jour, elle est financée à hauteur de 60%. Le Collectif continue les recherches de partenaires, et fera peut-être une nouvelle campagne de crowdfunding en 2023.

  • Pourquoi le Collectif ne s’est pas exprimé plus tôt?

L’association « Le Signal de La Grave » proposait déjà un projet en 2015 de reprise de la gestion des téléphériques Ce projet supprimait totalement les installations sur le glacier mais il n’a pas été retenu par la mairie. L’idée du Collectif est née au moment de l’annonce de la reprise de la SATA (Société d’Aménagement Touristique de l’Alpe d’Huez) à l’automne 2019 de la gestion des téléphériques de la Meije. Le fait d’avoir le même gestionnaire pour l’Alpes Huez et La Grave a donné de sérieux doutes quant à la réalisation d’une liaison entre les deux domaines. Le collectif La Grave Autrement a également été créé dans la perspective des élections municipales de printemps 2020 pour interpeller les élus.

  • Le 3ème tronçon de téléphérique sera plus écologique que l’actuel téléski ?

OUI. Le téléski fonctionne avec un moteur thermique tandis que le nouveau téléphérique fonctionnera à l’électricité. Il n’y aura pas besoin de damer la piste de montée ce qui diminue le damage de 60%.  Mais pour avoir un piste de descente praticable une quarantaine de journées dans l’hiver, il faut un travail de dameuse et de pelleteuse pendant de nombreuses journées d’été. La solution la plus écologique reste de ne RIEN construire sur le glacier de la Girose. Voir « Projet Ecologique ? »

  • Est-ce que la construction du 3ème tronçon de téléphérique va impacter le prix du forfait ?

Le débit restera le même dans les deux premiers téléphériques. Donc pour assurer la pérennité de l’entreprise et amortir l’investissement, il nous semble que la seule solution est d’augmenter le prix des forfaits. Si les prix augmentent, le tourisme de la Grave s’adressera à une clientèle plus aisée. Une clientèle plus aisée est un pari risqué car cela signifie plusieurs changements. Des services adaptés (hôtels et commerces haut de gamme…). Une clientèle plus internationale, peu judicieux en périodes de crises sanitaires, et plus volatile. Ce type de clientèle pourrait être rebuté par la route longue et sinueuse d’accès. L’augmentation du prix du forfait risque de modifier la fréquentation. Les expert.e.s de l’étude « La Meije Demain » nous aident à répondre à ces questions. Voir « Projet Economique ? »

  • Le nouveau tronçon amènera plus de monde en été. C’est donc bien pour le développement touristique du village. Pourquoi ne pas vouloir ce développement ?

La construction du 3ème tronçon s’oriente vers un tourisme contemplatif qui utilise le téléphérique par beau temps et surtout entre le 15 juillet et le 15 août, période déjà bien remplie. Le débit sera le même, il n’y aura donc pas plus de monde, sauf à mieux étaler la fréquentation sur l’année (ce qui est possible aussi sans T3 !). Au sein du collectif, nous souhaitons valoriser l’arrivée actuelle de 3200m qui est un site formidable et attractif : il offre l’accès le plus facile à un glacier en France, c’est un lieu idéal pour la promenade mais aussi pour l’alpinisme, qui s’étale sur plusieurs mois dans l’année. L’alpinisme est aujourd’hui inscrit au patrimoine de l’UNESCO. Mais la pratique de l’alpinisme sera dévalorisée si le T3 est construit (il est moins interessant de faire une course d’alpinisme avec un téléphérique au dessus de la tête). L’étude « La Meije Demain » nous aidera à répondre à ces questions. Voir « Projet Economique ? »

  • Est-ce que le 3ème tronçon va amener des retombées économiques sur les commerçant.e.s du village?

Lors de la présentation du projet en réunion publique en septembre 2020, la SATA a annoncé des retombées économiques sur le territoire de 560 000 000 d’euros sur trente ans. Les experts de l’étude « la Meije demain » estimaient en septembre 2022 des retombées deux fois inférieures. Le dossier de demande de permis de construire, public depuis le 19 décembre 2022, comporte une étude qui les estime à 250 000 000 d’euros (toujours sur trente ans). Donc, deux ans plus tard, les « prévisions » de retombées économiques de la SATA sont déjà divisées par deux. On peut légitimement douter de leur réalité, surtout si la fréquentation n’augmente pas. Voir « Projet Economique ? »

  • Y aura-t-il une liaison entre La Grave et Les Deux Alpes et ensuite avec L’Alpe d’Huez?

Ce n’est pas prévu dans le projet actuel. Mais la gare d’arrivée prévue se situera à 300 m de l’arrivée des Deux Alpes… Même si depuis plusieurs années la liaison historique a disparu, une piste damée et balisée subsiste. La tentation peut être forte dans les années futures.

  • Comment gérer les périodes de grosse affluence sans téléski ni 3ème tronçon car ils permettent d’étaler la fréquentation ?

C’est le point le plus complexe… Les experts de l’étude travaillent sur ce point. L’une des solution peut être d’instaurer un seuil de fréquentation maximum, mais cela pose un problème de chiffre d’affaire dont le téléphérique a besoin pour fonctionner.

  • Combien coûte la construction du 3ème tronçon du téléphérique?

Le coût total est de 14 M€. Il est financé à hauteur de 4M€ d’argent public dont 500 000 € de la commune de la Grave. Pour la petite commune de 550 habitants c’est un immense investissement qui représente 1000 €/habitant. Ces investissements dans le long terme compliquent des demandes de subventions pour tout autre projet futur (salle d’escalade, salle de musculation et rééducation, espace culturel ou autre…). L’investissement est très important par rapport au chiffre d’affaires annuel des téléphériques d’environ 1,7 M€. La construction comprend également le démantèlement de l’ancien téléski et la rénovation de la gare d’arrivée. Ces deux projets sont soutenus à 100% par le Collectif ! Ils sont estimés à 2 M€.

  • Quel est le processus d’instruction du dossier?

Tout nouveau projet d’aménagement touristique en montagne doit figurer dans les documents d’urbanisme en tant qu’unité touristique nouvelle. Il a été inscrit dans le nouveau SCOT (Schéma de Cohérence Territorial) du Grand Briançonnais malgré l’opposition de plusieurs associations environnementales. Puis comme tout nouvel aménagement, le projet nécessite un permis de construire. Ce permis est conditionné à l’avis de plusieurs administrations: le Parc des Ecrins (avis consultatif), l’Autorité Environnementale, etc… Il est ensuite soumis à enquête publique que la collectivité n’est pas obligée de suivre pour délivrer le permis de construire.

  • Pourquoi les travaux sont-ils repoussés?

L’avis du parc des Ecrins et celui de l’Autorité Environnementale ont été rendus en mars 2021. Ils émettent des réserves et demandent des éléments complémentaires qui ont été fournis depuis, et le permis de construire a été déposé. Cela impose à la SATA de nouvelles études qui retardent le processus d’instruction du dossier et donc les travaux d’au moins un an puisqu’à 3500 m d’altitude, on ne peut construire qu’en été. La SATA envisage aujourd’hui un démarrage des travaux à l’été 2023.

  • Quels sont les moyens d’action juridiques ?

L’action du collectif a été sélectionnée par Notre Affaire à Tous qui nous accompagnera avec des juristes professionnels. L’action juridique n’a pu démarrer qu’avec l’ouverture de l’enquête publique. La piste juridique est donc étudiée par le collectif. Au sein du collectif il est évident que c’est le dernier recours et qu’avant de devoir utiliser des leviers juridiques, le collectif invite au dialogue !

  • La piste de ski alpin sur le glacier sera-t-elle ouverte en juin?

NON. Mais elle sera entretenue tout l’été pour permettre aux employés du téléphérique de redescendre en cas de panne technique et pour préparer la saison d’hiver. Par ailleurs les conditions qui se dégradent dans les autres domaines de ski d’été petit à petit (Tignes, les Deux Alpes) pourraient-elles inciter à ouvrir la piste l’été de nouveau sur le glacier de la Girose? D’ici 2 ans la skiabilité du glacier sera fortement remise en question en raison de la fonte rapide.

  • Le téléphérique va-t-il abîmer le glacier même s’il est construit sur des espaces rocheux?

Des mètres cubes de béton vont couler dans les rochers pour fabriquer la gare d’arrivée et le pylône de 35 m qui sera sur l’éperon rocheux au milieu du glacier de la Girose. Par ailleurs, une espèce végétale protégée (l’Androsace du Dauphiné) vient d’être découverte sur le site du projet : sa destruction ne pourrait avoir lieu que pour une raison d’ « impératif majeur d’intérêt général », ce qui est difficile à prouver pour un téléphérique touristique. Le réel dommage sur le glacier se fera au niveau de l’entretien de la piste de ski alpin.

  • Peut-on s’investir dans le Collectif même si l’on n’est pas habitant.e de la Grave?

OUI. Le Collectif comprend des habitant.e.s de la Grave mais aussi de Villar d’Arène (village du même canton de 300 habitants), des résidents secondaires, des usagers des téléphériques, français.es et du monde entier. Les téléphériques sont un patrimoine pour tou.te.s ses usagers (des milliers de personnes) et le glacier est un patrimoine de l’humanité. Pourquoi seulement 550 personnes devraient décider de l’avenir du glacier et des téléphériques ? Le Collectif cherche à utiliser des ressources internes et externes intellectuelles et financières pour trouver les meilleures solutions, d’où l’appel au crowdfunding finalisé en mai 2021 et la commande de l’ étude « La Meije Demain » de juin à décembre 2023.

  • Alors que faire à la place du 3ème tronçon pour développer l’économie de la Grave?

Qu’est-ce que signifie « développer le village »? Construire de nouveaux hôtels ? Enflammer les prix de l’immobilier ? Que souhaitons-nous laisser à nos générations futures ? Le modèle du tout ski des grandes stations de Tarentaise ou de Chamonix sont-elles des exemples que l’on peut adapter dans ce massif ? Au sein du Collectif, nous pensons que l’économie du village n’a pas besoin d’être « développée » mais « confortée » et « diversifiée »: étalement des saisons touristiques, autres formes de tourisme (sportif, alpinisme, VTT, culture…). Favoriser d’autres économies : artisanat, services, pastoralisme, tertiaire et diminuer la dépendance du territoire au tourisme pour favoriser les résident.e.s à l’année. Encore une fois, l’étude « La Meije Demain » est là pour nous donner des pistes encore non creusées.

PAGE SUIVANTE POUR EN SAVOIR PLUS SUR LE « PROJET ECOLOGIQUE? »

Pages :Suivant

Commentaires récents

    Calendrier La grave autrement

    février 2024
    L M M J V S D
     1234
    567891011
    12131415161718
    19202122232425
    26272829  

    Méta